Mary Spencer est née à Wiarton, une petite ville située en Ontario, tout près de la Première Nation de sa famille à Cape Croker (Chippewas du Nawash). À l’âge de 6 ans, elle a déménagé à Windsor, en Ontario, où elle a commencé à s’impliquer dans les sports. Lorsqu’elle avait 10 ans, Mary rêvait de devenir une joueuse de basketball professionnelle. 

« Ce sont les choses que l’on laisse se produire qui déterminent nos échecs. Ce sont les choses que l’on réalise qui déterminent le succès. » 

Mary Spencer est née à Wiarton, une petite ville située en Ontario, tout près de la Première Nation de sa famille à Cape Croker (Chippewas du Nawash). À l’âge de 6 ans, elle a déménagé à Windsor, en Ontario, où elle a commencé à s’impliquer dans les sports. Lorsqu’elle avait 10 ans, Mary rêvait de devenir une joueuse de basketball professionnelle. 

Au cours des 7 années suivantes, elle a joué au basketball pour différentes équipes de l’Association de basketball de l’Ontario, et elle a joué pour les Ruff Ryders de Windsor du Canam Indian Friendship Center. En 2002, Mary a joué pour Équipe Ontario aux Jeux autochtones de l’Amérique du Nord, son dernier tournoi à titre de joueuse de basketball. C’est à cette époque qu’elle est devenue boxeuse. Mary a réalisé que pour devenir la meilleure, elle devait faire plus que simplement démontrer son intérêt envers le sport : elle devait prendre soin de son corps et s’entrainer de manière rigoureuse pour devenir une championne. En 2004, Mary a remporté son premier titre de championnat canadien, et elle n’a jamais regretté son choix. 

En 2005, Mary a participé aux championnats du monde en Russie où elle a éventuellement remporté l’or et fut nommée meilleure boxeuse du tournoi. En 2006, cette médaille d’or est devenue une médaille de bronze, mais Mary a repris l’or aux championnats du monde en Chine en 2008. Elle détient aujourd’hui 8 titres de championnats canadiens, 4 titres des championnats panaméricains, et 3 titres des championnats du monde. Toutefois, cela ne l’empêche pas de caresser un nouveau rêve.

En 2012, à Londres, alors que la boxe figurait au programme olympique pour la première fois, Spencer est devenue la première boxeuse autochtone féminine à participer aux Olympiques. Bien qu’elle n’ait rien gagné à Londres, le soutien dont Mary a bénéficié de la part de sa famille, de ses amis et de ses admirateurs a alimenté le feu de sa détermination. Elle participera aux Jeux panaméricains en 2015 qui auront lieu à Toronto, et elle vise l’or aux Jeux olympiques de Rio en 2016.

Mary est une Messagère GEN7 depuis 2009 et s’est impliquée auprès de plus de 10 communautés. Elle travaille actuellement dans sa communauté native, Chippewas de Nawash, la Première Nation Atikameksheng, et la Nation Delaware à Moraviantown. Elle a aussi formé et fut le mentor des nouveaux Messagers GEN7, et elle fut conférencière lors d’activités de Motivate Canada. On a décerné le prix Indspire à Mary en 2014 pour souligner sa passion et son dévouement envers la jeunesse autochtone.

Mary est reconnaissante envers les gens autour d’elle qui l’ont aidée à atteindre ses objectifs. Ils ont fait des mains et des pieds pour l’aider et c’est ainsi qu’elle a appris que lorsqu’on aide quelqu’un, on fait plus que l’aider : on s’aide soi-même à devenir une meilleure personne.

« Je crois avoir vécu les expériences que j’ai vécues pour une très bonne raison : pour les partager avec les autres », dit Mary. Elle sait ce qu’il faut faire pour atteindre ses rêves, et comment on se sent lorsqu’on y parvient. Elle est déterminée à inspirer les autres en partageant son histoire, et en les motivant à poursuivre leurs rêves dans le cadre de son rôle de Messagère GEN7 de Motivate Canada.  

GEN7 Messenger Mary Spencer lors d'une visite à la communauté de Cape Croker First Nation

FIERS PARTENAIRES DU DÉVELOPPEMENT MENÉ PAR LES JEUNES

  RBC Fre        sp4      Sport for Life fre        Canadalogo

Participaction                 Ontario logo osrcf       OTF Logo sml